GHT : Coordonnez et convergez en optimisant votre SI existant

Quelle stratégie les décideurs des Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT) doivent-ils adopter pour permettre aux soignants de disposer d’une information pertinente, intégrée, partagée et mutualisée dans le but d’améliorer les parcours de soins à l’échelle du territoire ?
Nous avons pris le parti d’adopter une philosophie “Integrated Care” qui s’articule autour de trois fonctions distinctes et complémentaires : partager, piloter, mutualiser. Nous sommes aujourd’hui “GHT-ready” pour vous accompagner dans vos projets territoriaux.

Partager, piloter et mutualiser, les trois piliers du SI d’un GHT

Les GHT, pour pouvoir mettre en œuvre leur projet médical, devront déployer de manière progressive plusieurs piliers techniques et fonctionnels.

Le plan technique

Sur le plan technique, il sera nécessaire de disposer d’un corrélateur d’identités, spécifique au GHT ou fourni dans un cadre. Cet outil doit gérer l’identifiant unique du patient, mais aussi assurer la gestion des identités des professionnels de santé participant à la prise en charge des patients. Un EAI est également nécessaire pour faire communiquer des solutions hétérogènes, ainsi qu’un moteur de règles, un outil de workflow et un espace d’hébergement partagé. Ces besoins d’infrastructure sont nécessaires pour supporter la convergence des applications mais peuvent être mis en œuvre de manière graduelle.

Sur le plan des solutions logicielles

Coté logiciels, le parc des GHT est très hétérogène et rares sont les GHT pouvant converger rapidement. La cohérence de la démarche, ses étapes et sa progressivité, sont donc des éléments clés de succès, autant que la facilité d’accès à l’information médicale. La stratégie proposée s’appuie sur 3 verbes, correspondant à différents niveaux de maturité organisationnelle, fonctionnelle et technique du GHT : partager, piloter, mutualiser.

PARTAGER : la première étape visant la mise en œuvre des éléments du projet médical commun

Le GHT peut partager des ressources rares (l’imagerie médicale), des données critiques (la biologie), ou des parcours de soins. Il n’est pas concevable à court terme d’intégrer plusieurs DPI dans un GHT. Le partage s’appuie donc sur des outils neutres, articulés avec les solutions existantes hétérogènes et en permettant l’intermédiation. C’est le cas de la VNA Entreprise Imaging et du viewer Xero pour l’imagerie, de BioServeur dans le domaine de la biologie et de l’archive neutre clinique HYDMedia dans la gestion des parcours de soins.

HYDMedia équipe aujourd’hui plus de 400 établissements de santé en Europe, permettant la gestion mutualisée et le partage des dossiers patients ainsi que des logiciels administratifs hétérogènes, en consolidant l’information clinique ou administrative dans une seule interface entièrement paramétrable. Depuis 2016, cette solution intègre un puissant moteur de workflows qui lui permet de supporter la dématérialisation complète de tous les processus administratifs ou cliniques de l’hôpital. La même solution sert ainsi d’outil d’intégration et de partage des DPI et des GAM pour l’ensemble des établissements du GHT.

Le partage et l’hébergement de données de santé

En l’état, il ne semble pas possible de considérer que le GHT puisse partager ses données sans recourir à un hébergement agréé. Le coût élevé de ce dernier peut cependant être un frein pour certains GHT.
C’est pourquoi le recours à des architectures décentralisées de type IHE-XDS offre une alternative intéressante et permet notamment de conserver les données dans chacun des établissements et de ne faire héberger que le registre comportant les métadonnées.
L’archive neutre clinique HYDMedia permet la mise en œuvre de telles solutions et évite donc le recours à un HDS pour les données elles-mêmes, tout en structurant les données issues des différents Dpi sous un seul et même identifiant patient.

Agréger les informations avec la plateforme Engage4Me

Cette approche permet à chaque professionnel de santé qui dispose des droits ad hoc d’accéder à l’information, dans le cadre de son environnement de travail. Ce partage s’inscrit idéalement dans une approche de type « plateforme ». La plateforme opère une agrégation des informations issues de tous les sites participant au GHT, ainsi qu’une mise à disposition en une seule vue. Ce système est facile à utiliser, tant pour les patients que pour les soignants. Les applications tierces peuvent être intégrées dans le front-end, de sorte que les utilisateurs disposent d’un workflow et d’une interface uniques. Elle est donc rapide à appréhender et à utiliser.

PILOTER : une montée en charge d’outils pour la mise en œuvre de la fonction partage

Quatre niveaux doivent être envisagés :  
  • Le pilotage centralisé de l’activité médicale, au travers de l’agrégation des données du PMSI et des actes, dans un outil approprié pour le Dim de territoire
  • Une solution décisionnelle « intégrée » aux différents outils de Gestion Administrative et Financière des hôpitaux membres du GHT
  • Un outil de « Clinical Analytics » permettant le croisement de données cliniques et administrativo-financière
  • Une mesure efficace des parcours de soins au niveau du GHT

SIM-GHT et Complétude apportent au DIM de territoire une vision complète et cohérente de l’activité issue des différentes solutions de groupage. Décision, présent dans Hexagone, permet de gérer les indicateurs de BI nécessaire au pilotage administratif et financière du GHT.

MUTUALISER : l’étape de maturité fonctionnelle et organisationnelle du GHT

C’est à la fois l’objectif final de la convergence et l’aboutissement d’un processus progressif. Certaines fonctions peuvent cependant être mutualisées rapidement. C’est le cas par exemple du SI « restauration » qui peut, avec SRD Restauration, être déployé au niveau du GHT avec des économies d’échelle significatives, tout comme Hexalis pour la biologie. Notre approche repose sur deux outils qui sont nativement multi-entités juridiques, ce qui signifie qu’une seule et même infrastructure peut héberger plusieurs établissements :  
  • Hexagone, l’outil de gestion administrative, financière et RH, peut donc désormais partager une base commune et des applicatifs spécifiques sur chaque site
  • Pour ORBIS, c’est déjà le cas à l’APHP où une infrastructure centrale supporte les 39 DPI déployés dans ses hôpitaux
Les bénéfices de cette approche d’infrastructure multi entités juridiques sont évidents : optimisation de l’infrastructure, réplicabilité et « scalabilité » de la solution, licences au coût marginal, déploiement aisé dans les petits établissements et paramétrage unique au sein du GHT. On peut y ajouter le portage du déploiement par les équipes de l’établissement support si celui-ci le souhaite. Enfin, cette approche permet l’intégration facile de consultations avancées dans le cadre du DPI.

L’articulation du GHT avec la ville et le médico-social

Un certain nombre de GHT ont dès l’origine embarqué des établissements médico-sociaux et ont besoin de partager rapidement et efficacement des données médicales entre l’établissement support et les EHPAD. Orbis dispose d’un module gériatrie qui peut facilement être déployé à faible coût dans un EHPAD, en extension de l’infrastructure de l’hôpital support.

La convergence nécessite un travail important de conduite du changement, qui passe notamment par la réalisation de « petites victoires » servant de socle au changement. La démarche pragmatique consiste à proposer à la fois la cible de convergence et les outils nécessaires pour l’atteindre. Il ne semble par exemple pas possible de remplacer tous les DPI existants, souvent récents et pas encore totalement déployés, dans les établissements de première ligne. A l’inverse, une intégration entre 3 ou 4 DPI semble toute aussi improbable. L’utilisation d’une brique neutre, interopérable et intégrée à chaque DPI comme HYDMedia est donc une stratégie gagnante.
La convergence passera aussi par la mise en œuvre d’outils de conduite du changement. Les GHT peuvent être l’occasion d’un renouveau dans les méthodes d’accompagnement des SI hospitaliers, notamment par un usage accru des outils numériques.